Pourquoi et comment faire le plein d'energie

Le corps a besoin d'hydrates de carbone, de protéines et de graisses pour fonctionner. Les hydrates de carbone constituent sa principale source d'énergie ; les protéines servent de base pour le fonctionnement musculaire ; et les graisses sont utiles pour les hormones et le système nerveux. Les hydrates de carbone et la protéine fournissent 4 calories par gramme, et la graisse fournit 9 calories par gramme. Tous les aliments sont convertis en énergie sous forme de triphosphate d'adénosine. Cependant, chaque aliment à ses propres propriétés qui déterminent comment se transformer en combustible. L'hydrate de carbone est l'aliment principal qui créé une quantité d'énergie moyenne à élevée, alors que la graisse sert de carburant dans les exercices plus longs mais de basse intensité. Les protéines quant à elles sont généralement employées pour maintenir et réparer les tissus de l'organisme, et ne sont pas utilisées directement sur la production d'énergie musculaire. Un athlète entraîné doit manger équilibré avec un régime élevé en hydrates de carbone, faible en graisses et riche en protéines.

Pour que le corps ait l'énergie optimale pour travailler, il faut l'alimenter de la façon suivante :

  • Avant la séance d'entraînement, il est important de manger beaucoup d'hydrates de carbone comme le pain, les pâtes, les graines, les légumes et les fruits. Ces hydrates de carbone sont rapidement digérés et fournissent aux muscles le glucose nécessaire. Il ne faut pas consommer de produits laitiers ou trop de protéines comme les hamburgers, les pizzas, la glace ou le fromage et fuir les sucreries. Ils peuvent procurer un apport rapide d'énergie, mais qui chutera très rapidement sans avoir brûlé les calories ingérées.
  • Pendant la séance d'entraînement, il est indispensable de boire de l'eau en quantité. L'effort et la transpiration épuisent l'organisme, et peuvent mener à la déshydratation. Il est recommandé de boire au moins un verre d'eau toutes les 20 minutes d'exercice ou d'entraînement intensif. Si les exercices sont durs et continus pendant plus de 90 minutes, il est préconisé de consommer une boisson sportive pour apporter du "bon sucre " en complément.
  • Après la séance d'entraînement, il faut manger des protéines pour compenser les pertes engendrées par l'activité physique exercée. Les protéines sont principalement contenues dans la viande, les oeufs et le poisson. Il faut également remplacer les hydrates de carbone, le potassium et le sodium qui ont été perdus à l'aide de fruits, légumes et aliments salés.

    Bien que l'activité prolongée des muscles dépende des hydrates de carbone, graisses et protéines, nous avons également noté que la source de base de l'énergie chimique nécessaire pour la contraction musculaire est le triphosphate d'adénosine. Malheureusement la quantité de triphosphate d'adénosine présente dans les cellules du muscle n'est pas suffisante pour pratiquer un exercice intensif. Le corps ne stocke pas le triphosphate d'adénosine, il lui est donc nécessaire de le créer continuellement pendant les exercices. Il existe trois façons de convertir les aliments en triphosphate d'adénosine, c'est l'intensité et la durée de l'exercice qui permettent de déterminer la méthode utilisée. Les premiers approvisionnements d'énergie permettent à l'organisme de tenir 10 secondes environ. Ils sont employés lors d'exercices courts comme un sprint de 100 mètres. Pour des exercices plus longs et plus intenses, l'organisme est obligé d'avoir recours aux systèmes aérobie ou anaérobie pour continuer à créer le triphosphate d'adénosine. La différence principale entre ces deux systèmes est la présence ou l'absence d'oxygène pour créer le triphosphate d'adénosine.

  • Le système aérobie utilise l'oxygène pour augmenter la circulation sanguine. Ce carburant est utilisé par le corps principalement pendant les exercices de résistance. C'est une manière sûre et régulière de créer une source d'énergie quasiment illimitée. Sa seule limite est son fonctionnement : le système cardiovasculaire est limité dans sa capacité à livrer rapidement le sang et l'oxygène aux muscles en cours de fonctionnement. C'est pour cette raison, qu'en cas d'exercices intensifs, le triphosphate d'adénosine est également fourni par le système anaérobie de notre organisme.
  • Le système anaérobie n'exige pas un apport continu en oxygène. Les voies anaérobies peuvent fournir le triphosphate d'adénosine immédiatement, mais sont également limitées par les stocks qui doivent être remplis juste après avoir été épuisés. Ce carburant est créé à partir des hydrates de carbone mais il génère également de l'acide lactique. Pendant les exercices, l'acide lactique s'accumule dans les muscles en activité et créé une sensation de douleur et de brûlure. Le système anaérobie est utilisé dans les exercices courts de haute intensité. Au-delà, l'acide lactique dépasse son seuil de tolérance et entraîne des sensations musculaires douloureuses, rendant impossible le maintien de l'intensité des exercices par l'athlète.

    La pratique et la qualité des entraînements font toute la différence sur ces deux systèmes. Les athlètes entraînés ont une plus grande capacité à livrer rapidement de l'oxygène aux muscles sollicités, entraînant du coup la possibilité d'effectuer des exercices beaucoup plus intensifs. Les athlètes qualifiés développement également une plus grande efficacité dans la production des systèmes d'énergie aérobie et anaérobie, car le corps s'habitue à la manière dont les deux systèmes sont utilisés et peut ainsi produire du triphosphate d'adénosine beaucoup plus aisément.

    Lorsque qu'un athlète commence une série d'exercices, le triphosphate d'adénosine est produit par le système anaérobie. Avec une augmentation de la respiration et du rythme cardiaque, il n'y a plus suffisamment d'oxygène. C'est là que le système aérobie prend le relais jusqu'à une certaine limite. Dès que cette limite est dépassée, le corps ne peut plus livrer assez rapidement d'oxygène pour produire du triphosphate d'adénosine, et le système aérobie reprend. Puisque ce système aérobie est de courte durée et que les niveaux d'acide lactique montent, l'intensité de l'effort ne peut être soutenue et obligera l'athlète à diminuer voire stopper les exercices jusqu'à ce que l'acide lactique diminue... Tel est le processus formidable de création d'énergie de notre organisme !



  • EN BOUTIQUE
    NOS PRODUITS